Events‎ > ‎Matins de l'Innovation‎ > ‎

18 février 2014

Matins de l'innovation
 : 

Mardi 18 février 2014

Les enjeux de l'innovation-responsable face au transhumanisme

* Les photos sont sur Facebook
* Les vidéos sont sur Youtube 

  Introduction et animation - Xavier Pavie

  Humanité augmentée, vivre mieux et plus longtemps | D.Coeurnelle

  Evolution de l'Homme et progrès de la médecine | H.Chneiweiss

  Outsourcing des fonctions somatiques et perceptives | B.Sarda, Orange Healthcare

  Enjeux innovation-responsable face au transhumanisme | DÉBAT | X. Pavie


Introduction et animation
Xavier Pavie, Directeur de l'ESSEC-ISIS

Contributions
Dr Hervé Chneiweiss, Directeur de recherche au CNRS et Président du Comité d'éthique de l'INSERM
Didier Coeurnelle, Vice-Président de l'AFT: Technoprog! et Coprésident de l'association Heales 
(Healthy Life Extension Society)
Benjamin Sarda, Directeur Marketing, Orange Healthcare

Approche

Si l’innovation est indispensable pour la survie de toute organisation dans un marché global et compétitif elle ne peut être dissociée de la notion de responsabilité. C’est tout l’enjeu de l’innovation-responsable qui veille à réconcilier dans le même temps le besoin de stimuler l’innovation tout en intégrant les mesures nécessaires pour que les effets de nos actions soient compatibles avec la permanence d’une vie authentiquement humaine sur terre, comme le souligne Hans Jonas dans Le principe responsabilité.*

L’explosion actuelle des innovations technologiques et scientifiques qui touchent directement à l’humain pose cette question de la responsabilité. Qu’il s’agisse d’applications, d’accessoires connectés à notre corps, ou même de greffes d’organes entièrement artificiels, les entreprises nous proposent de plus en plus de façons de nous améliorer esthétiquement, physiquement, intellectuellement et même génétiquement.

L’impact croissant de ces progrès sur nos modes de consommation, nos besoins, mais aussi notre santé et notre nature humaine nous amènent à de nouveaux questionnements. Il ne s’agit plus de savoir si nous pouvons faire mais si nous devons faire. Lorsque le champ des possibles s’élargit, et que les conséquences exactes sur nos vies sont inconnues, à qui revient-il de décider si un projet doit être développé ? Quelles sont les responsabilités des organisations dans le développement de ces offres ? Quelle voix donner aux parties prenantes ?

*Jonas, H. (1999) Le Principe responsabilité : une éthique pour la civilisation technologique. Paris, Flammarion

Introduction


1ère intervention


2ème intervention


3ème intervention


Débat